Licence « PASS »

La difficulté des études de droit ne saurait être dissimulée. Le niveau académique universitaire doit être maintenu afin d’assurer la crédibilité de l’institution et des diplômes qu’elle délivre.

Le « PASS » est conçu pour permettre aux étudiants en difficulté, ou susceptibles de l'être à l'avenir, d’atteindre le niveau qui peut légitimement être exigé d’eux.

L'objectif est donc d'homogénéiser le niveau des étudiants en prêtant une attention toute particulière à ceux ayant les profils les plus « fragiles ». Cette fragilité peut être due à des lacunes de fond comme à un manque de maîtrise des outils méthodologiques essentiels à la réussite en licence.

L'inscription en licence « PASS »

La licence « PASS » constitue simplement un aménagement fort de la licence « classique ». Aussi, il n'est pas possible de sélectionner ce programme directement sur APB. Ce n'est qu'une fois inscrit à la Faculté Jean Monnet que l'étudiant pourra solliciter son admission en licence « PASS » ou recevoir une invitation à cette même fin.

Pour ce faire, l'étudiant doit remplir un certain nombre de critères attestant de la « fragilité » de son profil. Afin d'éviter tout dévoiement, l'accès à ce programme d'aide aux étudiants en difficulté est sélectif et priorisé. Ainsi, un bachelier général gratifié d'une mention « très bien » ne pourrait en aucun cas bénéficier du dispositif.

Le contrat pédagogique

Tout contrat implique des obligations. En échange des efforts consentis par l'institution universitaire, l'étudiant en licence « PASS » doit souscrire un véritable engagement.

La mise en œuvre de moyens adaptés par la Faculté

En licence « PASS », les modalités d'enseignement sont significativement adaptées afin de rapprocher les enseignants de leurs étudiants.

Les séminaires

Les unités d’enseignement fondamentales ne sont plus dispensées en cours magistraux et en travaux dirigés mais en séminaires.

Ces séminaires sont assurés par un enseignant ou un enseignant-chercheur titulaire (assurant habituellement des cours magistraux) pour une classe limitée à cinquante étudiants. Le volume horaire de chaque séminaire est légèrement supérieur à l'addition des heures de cours magistraux et de travaux dirigés proposés en licence « classique ».

Les examens oraux de mi-semestre

Les unités d'enseignement complémentaires ne sont pas pour autant oubliées. En plus d'être dispensées en effectif réduit (une centaine d'étudiants contre parfois plusieurs centaines en licence « classique »), elles font l'objet d'un examen oral de mi-semestre.

Cet examen oral incite l'étudiant à travailler régulièrement. De plus, l'intéressé bénéficie d'un retour anticipé quant au niveau qu'il est parvenu à atteindre. Une fois les résultats des oraux de mi-semestre connus, il est encore temps de redoubler d'efforts pour améliorer ses résultats.

Le tutorat

Le tutorat vise à accompagner l’étudiant dans son travail académique tout en s’assurant qu’il développe une véritable culture juridique. Ordinairement, il prend la forme de séances régulières d’étude dirigée. Occasionnellement, cette étude peut être remplacée par une activité de culture juridique.

La charge horaire résultant du tutorat est conséquente et vient s'ajouter à celle découlant des enseignements.

L'engagement sans faille de l'étudiant

La motivation

Avant de solliciter son inscription en licence « PASS » ou d'accepter une invitation en ce sens, l'étudiant doit s'assurer de disposer d'une très grande motivation. Il s'agit là du facteur primordial et nécessaire à sa réussite. La charge de travail intensive proposée en licence « PASS » ne peut conduire à des résultats positifs que si l'étudiant est extrêmement motivé par le droit ainsi que par la réussite de sa formation.

L'engagement

Une fois l'étudiant convaincu de sa motivation, il peut prendre un véritable engagement qui consiste en une assiduité sans faille à l'intégralité des activités pédagogiques qui lui seront proposées. Sauf justification objective et attestée, tout manquement à cette règle entraînera l'exclusion de la licence « PASS » afin de donner une chance à des étudiants plus motivés qui n'auraient pas pu intégrer le programme faute de place disponibles.

La licence « PASS » (« Programme Assiduité Suivi Succès ») devrait ouvrir ses portes dans le courant de l'année 2018. Pour le moment, il ne s'agit que d'un projet en cours de finalisation.
Dans un premier temps, elle ne concernerait que le cursus de droit.