LES MIGRATIONS INTÉRIEURES EN CHINE

Plus d'informations
Plus d'informations

Le système du Hukou

Les migrations intérieures en Chine sont régulées par le système du Hukou. D’une approche dichotomique et comparative, la thèse distingue la migration permanente de la migration temporaire du point de vue du déplacement du Hukou. Elle cherche à identifier les réactions distinctes des deux types de migration aux divers déterminants de la localisation. Au niveau individuel, les deux types de migrants s’insèrent fort différemment sur le marché du travail d’accueil. Est mise en évidence une discrimination institutionnelle subie par les migrants temporaires en matière d’accès à l’emploi et de rémunération. La thèse montre que les mouvements de main-d’œuvre en Chine s’inscrivent aux « rationalités » des acteurs publics. D’une part, la ville d’accueil se sert du Hukou, grâce à la migration permanente, pour attirer les facteurs de production dont elle a besoin : capital et travail qualifié. D’autre part, elle peut bénéficier de la main-d’œuvre de moindre coût, sans assumer les coûts sociaux liés à l’installation des migrants temporaires. La Chine a retiré des gains considérables de ce système spécifique d’enregistrement de la population. Mais son maintien est devenu de plus en plus coûteux à l’heure actuelle. C’est pourquoi, au nom de l’efficacité économique et de la justice, la thèse préconise des mesures de réforme en insistant sur le rôle du gouvernement central.

Préface de Jean-Pierre FAUGERE
Presses Universitaires de Sceaux